La salle du temps qui passe

Publié le par bérengère Lefranc






Lorsque j'ai vu la niche géante dans le mur de cette salle, je me suis demandé
 ce que je pouvais bien créer de suffisamment imposant.
L'idée du luminaire couleur de lune d'un mètre de diamètre m'est venue très vite...
Transporté en train (45 € d'amende pour occupation d'espace abusive) puis en tramway.









Et un petit théâtre érotique, Lux Luxuria. Des photos de moi, nue.
A regarder par l'oeilleton. Et des confidences chuchotées au son de la vie.
Une collaboration avec Viktor Kolbitr.






















En face, dans la même salle, le film Piano Piano, un portrait de Tata Jojo,
réalisé par Viktor Kolbitr. Et l'étole de sa vie.

Ainsi que la robe de mariée Oui, je la veux.
Ou le parcours des mariés, de leur naissance au jour de la noce.

















Publié dans expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article